Les informations données dans cette page sont basées sur la documentation officielle de la RATP, et les connaissances du webmestre.

Lorsque vous validez votre titre de transport , et s'il ne s'agit pas d'un abonnement, la machine imprime sur la cartonnette une inscription appelée oblitération. Pour le RER et le Transilien, cette inscription a l'aspect suivant:

MAGEN E15 08DE03 16 30

Le premier groupe de caractères désigne la gare (Ici, Magenta, sur la ligne E du RER). Suit une lettre qui indique si on entre dans la station (E) ou si on en sort (S), puis le numéro du péage. Le troisième groupe de caractères indique la date (ici, le 8 décembre 2003). Enfin, complètement à droite, figure l'heure de passage, indiquée au huitième d'heure près (ou à la minute près sur les appareils de validation les plus récents).

Le code de station comporte généralement 5 lettres pour la SNCF, et 3 pour la RATP.

Certaines gares SNCF de grande banlieue ne disposent que d'une composteuse mécanique de type grandes lignes. C'est également le cas d'une grande partie des gares du réseau Saint Lazare. Dans ce cas, l'inscription est la suivante:

68423 322

Le premier groupe de chiffres indique le code UIC de la gare, sans le préfixe du réseau (ici, Dordives, sur la ligne Paris-Montargis du réseau Sud-Est). Le second indique le quantième du jour dans l'année (son numéro d'ordre: ainsi, le 1er janvier porte le numéro 1, le 31 décembre le N° 365 ou 366 selon que l'année est normale ou bissextile). En outre, le valideur perfore le bord du billet, laissant une encoche demi-circulaire d'un peu moins d'1cm de diamètre.

Dans les gares de Grandes Lignes, les composteurs mécaniques oranges ont été remplacés par de nouveaux composteurs, reconnaissables à leur boîtier jaune monté sur un pied gris.

Ces nouveaux composteurs Grandes Lignes laissent sur le ticket les marques suivantes:

L'oblitération, de couleur grise, est de la forme suivante:

P MONT ▇▇19080413:20

Le premier groupe de caractères donne le nom de la gare où le ticket a été validé. Ici, Paris-Montparnasse. De l'autre côté du rectangle noir, figurent la date et l'heure de validation. Ici, le 19 août 2004 à 13h20. L'oblitération est inscrite verticalement, alors qu'elle est oblique sur les anciens valideurs.

Le valideur laisse en outre sur le billet une marque en relief (gauffrage). Celle-ci a la forme d'un triangle équilatéral aux coins arrondis, de 1cm de côté environ. La pointe du triangle indique le sens dans lequel le ticket a été introduit dans le valideur.

Pendant la phase de test, il se peut que certains valideurs laissent des oblitérations un peu bizarres. J'ai ainsi observé lors du déploiement des nouveaux valideurs à Paris-Montparnasse les oblitérations suivantes:

- Le nom de la gare écrit P MON M au lieu de P MONT;

- Le nom de la gare remplacé carrément par l'inscription SNCFXXX.

Si vous obtenez ce genre de résultat en validant vos billets sur les nouveaux composteurs, les contrôleurs ne vous en tiendront pas rigueur, compte tenu qu'il s'agit d'oblitérations effectuées par des appareils en phase de test.

Note: Les billets Grandes Lignes comportent au verso une bande magnétique. Celle-ci ne sert qu'à la lecture des billets par les terminaux-points de vente des guichets ou par les automates, lorsque vous souhaitez échanger ou vous faire rembourser votre billet. La bande magnétique des billets Grandes Lignes n'est pas utilisée par les valideurs, car la validation est uniquement mécanique. Seule exception à cette règle: les valideurs des points d'embarquement et de contrôle d'Eurostar utilisent la validation magnétique en plus d'inscrire une oblitération sur le ticket (oblitération qui est similaire à celle des nouveaux composteurs jaune et gris).

Sur le réseau Transilien, les composteurs mécaniques oranges ont adopté une nouvelle livrée bleue et argentée.

Dans le métro, l'oblitération est un peu plus difficile à déchiffrer:

Sur ce ticket est représenté une oblitération de type métro. Le groupe de gauche se lit de la manière suivante: De bas en haut: le chiffre renversé par rapport aux autres indique l'heure de validation à une heure près. Ici, le ticket a été validé entre 8h et 9h. La lettre indique le jour: Ici, mercredi (l=lundi, m=mardi, M=mercredi, j=jeudi, v=vendredi, s=samedi, d=dimanche). Cette lettre est suivie d'un chiffre qui indique si c'est le matin ou l'après-midi. Ici, le chiffre 2 signifie que le ticket a été validé entre 20h et 21h (1=matin, 2=après-midi ; les heures sont indiquées à la manière anglo-saxonne). Les deux derniers chiffres indiquent le numéro d'ordre de la semaine dans l'année. Ici, la deuxième semaine de Janvier.

Le groupe de droite est plus difficile à comprendre: Il indique le code de la station, qui est représenté par 4 chiffres (les 2 premiers indiquent le secteur géographique, les 2 derniers indique le numéro d'ordre de la station): Ici, Châtillon-Montrouge. La lettre indique le code de l'entrée.

Les stations de RER de Paris et les stations de la ligne 14 utilisent un code alphabétique au lieu d'un code numérique. Cependant, les deux existent officiellement pour la RATP.

Du côté opposé à celui où est imprimée l'oblitération, le péage imprime un rectangle hachuré: c'est la maculation. Elle n'a pour seul but que d'éviter la réutilisation du ticket par un fraudeur. Il est à noter que les coupons d'abonnements (carte Orange, Mobilis...) peuvent parfois recevoir une oblitération à la première utilisation (à l'exception des coupons Imagin'R et Intégrale, qui sont précodés), mais ils nhe subissent jamais la maculation.

Dans les bus (qu'ils soient RATP ou OPTILE), et le tramway, le code de station est remplacé par celui de la ligne. Cependant, les arrêts de tramway et les arrêts du Trans Val de Marne (TVM) disposent d'une codification alphabétique (Pour le TVM, elle ne concerne que les arrêts équipés d'un appareil de vente). Cette codification n'apparaît que sur le vignettage des tickets délivrés par les appareils de vente des T1,T2, et TVM. Le même principe est appliqué aux grandes gares routières de Paris et de la proche banlieue, quand elles sont équipées d'appareils de vente. Certaines d'entre elles reprennent le code de la station de métro ou de RER qu'elles desservent (notamment La Défense). En ce qui concerne le Tram-Train des Coquetiers, qui fait partie du réseau Transilien de la SNCF, les codes d'oblitérations devraient vraisemblablement être à 5 lettres comme pour le reste du réseau de la SNCF.

L'oblitération, sur un ticket T validé dans un bus OPTILE ou RATP, prend la forme suivante:

010-04-01-4  25/04/05 08:14 25

De gauche à droite : le numéro de la ligne (Ici, la ligne 30-10 des Cars Lacroix), le numéro de la course, le sens du parcours (généralement, 01 pour l'aller, et 02 pour le retour), et le numéro de l'arrêt ou de la section tarifaire. Viennent ensuite la date et l'heure, puis, en dernier, le nombre de tickets validés depuis la prise de service du conducteur et du bus (Ici, le ticket pris en exemple est le 25ème ticket validé).

Il est à noter que cette disposition se retrouve aussi sur les bus urbains et interurbains de province, à la différence près qu'il peut être fait usage de lettres dans l'indice de ligne, pour différencier le cas échéant les lignes de bus, de tramway, voire de métro.

Côté RATP, la codification se retrouve sur le vignettage des titres de transports. En effet, lorsque vous achetez des tickets de métro à un distributeur ou à un guichet, l'appareil de vente imprime en bas du côté recto du ticket une série de caractères qui prennent l'aspect suivant:

00210630  I  PAV A1

Le premier groupe de chiffres indique le numéro de fabrication du ticket. Les 2 derniers groupes indiquent le code de la station (Ici, Palaiseau Villebon, sur la ligne B du RER), et le code de l'appareil de vente (la lettre indique le bureau de vente, le chiffre indique l'appareil de vente: un seul chiffre pour les guichets, deux chiffres pour les distributeurs).

Cette inscription se retrouve sur tous les titres de transports, à l'exception des titres préfabriqués (notamment ceux vendus à bord des bus).

Enfin, il est à noter que la billetterie magnétique est appellée à disparaître en Ile de France d'ici à 2014 ; le STIF ayant prévu de généraliser la télébillétique à l'occasion de la réforme de la tarification qui doit se mettre progressivement en place à partir de 2013.

Pour accéder à la liste complète des codes d'oblitération, cliquez sur l'un des 5 boutons ci-dessous.

Information importante

La page sur les codes UIC SNCF peut être plus ou moins longue à charger, selon le type de connexion que vous utilisez, en raison de sa taille. Si vous utilisez une connexion bas débit classique (56 kbits) ou ADSL bas de gamme (128, 256, ou 512kbits), la page peut prendre plusieurs minutes à se charger. Soyez patients, ou consultez la page depuis un ordinateur connecté en ADSL très haut débit.


compteur gratuit
internautes ont visité mon site depuis son lançement, le 6 décembre 2003.