Les dates sont issues de deux livres: "Le RER, le réseau francilien", dans la collection "transports parisiens", publié par la RATP, et  "La saga du RER" de Christian Gérondeau, publié aux presses des Ponts et Chaussées.

 En 1969, lors de l'ouverture de la ligne A, le RER s'appelait "Métro express régional". Ce n'est qu'en 1977, lors de la création du nœud de Châtelet-Les Halles que l'appelation "Réseau Express Régional" et le macaron "RER" firent leur apparition. La nomenclature des lignes était prévue à l'origine pour être numérique (La ligne A du RER aurait dû s'appeller ligne 1 ; la ligne B ligne 2, etc...), mais la RATP décidera, en 1977, d'adopter la nomenclature alphabétique toujours en vigueur aujourd'hui. Le projet du RER remonte en fait à la fin du 19ème siècle et à l'entre-deux guerres :

Le schéma directeur de 1965, le premier à définir les bases du RER tel que nous le connaissons aujourd'hui, ne sera, lui, appliqué en partie, car il prévoyait la création de plus de 50 km de voies nouvelles, ce que la SNCF et l'état trouvèrent trop onéreux à réaliser (C.f. le paragraphe sur les dessertes abandonnées). Le schéma directeur actuel prévoit l'achèvement du projet EOLE par le raccordement de la ligne E au réseau Saint-Lazare et le prolongement de la ligne jusqu'à Mantes la Jolie, Versailles Rive Droite, et Saint Nom la Bretèche.

01/08/1964

Luxembourg-Massy Palaiseau, St Remy Les Chevreuses, Robinson (Ligne de Sceaux cédée par la SNCF à la CMP en 1938, puis intégrée à la RATP en 1949. Cette ligne comportait également un tronçon de St Remy Les Chevreuses jusqu'à Limours, qui a été desaffecté lors de la cession de la ligne par la SNCF. Dans Paris, le terminus était  à l'origine situé à Denfert-Rochereau, et a été transféré à Luxembourg en 1964)

14/12/1969

Nation-Boissy St Leger[1] (premier tronçon historiquement ouvert du RER. En effet, la ligne de Sceaux deviendra la ligne B du RER en 1977 )

21/02/1970

Charles de Gaulle Etoile – La défense

23/11/1971

Charles de Gaulle Etoile – Auber

01/10/1972

La Défense  - St Germain en Laye (La RATP récupère en fait un morceau de l’ancienne ligne SNCF Paris-St Lazare – St Germain en Laye)

01/10/1973

Ouverture de la gare de Nanterre-Préfecture

  05/1976    

Ouverture de Paris-Nord – Aéroport Charles de Gaulle

 

Ouverture de la gare d’Achères-Ville

09/12/1977

Auber – Nation , Fontenay- Noisy le Grand Mont d’Est

09/12/1977

Luxembourg – Châtelet les Halles

C’est à partir de ce moment là que les lignes A et B du RER prennent leur appellation actuelle (c’est le vrai lancement du RER par la RATP)

31/03/1979

Nanterre-Cergy : Ouverture, mais les trains en provenance de Cergy sont terminus à Nanterre Université (pas encore d’interconnexion avec la RATP)

30/09/1979

Jonction entre Invalides et Musée d’Orsay et ouverture du tronçon Versailles-Rive Gauche – Massy-Palaiseau (par la Grande Ceinture stratégique)/Dourdan/St Martin d’Etampes

05/1980

Création de la desserte St Quentin en Yvelines - Dourdan/St Martin d'Etampes

19/12/1980

Noisy le Grand Mont d’Est – Torcy

09/1981      

Ouverture de la demi gare est de Gare du Nord

10/12/1981

Châtelet les Halles – Gare du Nord, interconnection partielle (Changement de train obligatoire en Gare du Nord)

11/1982      

Ouverture de la demi gare ouest de Gare du Nord

01/1983      

Ouverture de la gare de Parc des Expositions

07/06/1983 

Interconnexion totale avec le réseau SNCF Nord vers Roissy et Mitry-Claye (plus de changement de train en Gare du Nord)

22/09/1987 

Villiers le Bel – Châtelet les Halles, interconnexion partielle

17/02/1988

Ouverture de la correspondance à St Michel-Notre Dame entre les lignes B et C du RER, et les lignes 4 et 10 du métro. L'emplacement de la station sur la ligne B avait été prévu dès 1977, année de la mise en service du tronçon Luxembourg - Châtelet-Les Halles.

29/05/1988


Ouverture du tronçon Nanterre Prefecture – Cergy St Christophe

1ère étape de la branche vers Montigny-Beauchamp et Argenteuil (desserte VMI = Vallée de Montmorency – Invalides) : ouverture de la branche vers Montigny-Beauchamp

12/1988   

Ouverture du tronçon Ermont-Eaubonne - Argenteuil et de la navette Pereire-Levallois – Pont Cardinet

29/05/1989

Ouverture de l’antenne de Poissy

30/09/1990

Villiers le Bel – Goussainville puis Goussainville - Orry la Ville et interconnexion complète à Châtelet les Halles

29/11/1991

Ouverture de la gare de Porte de Clichy (Correspondance Metro ligne  13)

01/04/1992

Torcy – Marne la Vallée Chessy (Correspondance TGV et Eurodisney)

21/12/1992    

Ouverture de la gare de Bussy Saint Georges

 

28/08/1994    

Cergy st Christophe – Cergy le Haut

28/08/1994

Ouverture de la gare de Neuville Université

13/11/1994    

Prolongement d’ Aéroport CDG 1 à Aéroport CDG 2 TGV

12/1994

Prolongement de Dourdan à Dourdan la Forêt

24/09/1995

Interconnexion Châtelet les Halles – Gare de Lyon, ce qui permet le prolongement de la ligne jusqu’à Melun et Malesherbes

05/07/1996    

La navette entre Pont Cardinet et Pereire-Levallois est remplacée par un bus

12/1996   

Intégration à la ligne C de la liaison Versailles-Chantiers – Juvisy par Massy-Palaiseau (Grande Ceinture)

25/01/1998   

Fermeture de la gare de La Plaine Voyageurs, et ouverture 100 m plus loin de la gare de La Plaine – Stade de France, afin d’accueillir les spectateurs du mondial 1998 de football

Dans la même optique que la ligne B, ouverture de la gare de Stade de France – Saint-Denis, située au nord des ateliers du Landy

14/07/1999

Ouverture de la branche Haussmann St Lazare – Chelles Gournay (Projet  phase 1 )

30/08/1999

Ouverture de la branche Haussmann St Lazare – Villiers sur Marne – Plessis Trévise  (Projet  phase 1 )

28/08/2000

Prolongement de Montigny-Beauchamp jusqu’à Pontoise

03/12/2000

Fermeture de la station Boulevard Masséna et ouverture de la station Bibliothèque François Mitterrand (Correspondance avec la ligne 14 du métro)

14/04/2001     

Ouverture de la gare de Val d’Europe (Sérris-Montévrain)

24/03/2002     

Ouverture de la gare de Saint-Ouen l’Aumône – Liesse

15/12/2003

Prolongement à Tournan en Brie

2004-2005

Couverture partielle de la traversée de Vincennes

26/08/2006

Le tronçon Ermont-Eaubonne  Argenteuil est débranché de la ligne C pour être intégré à la nouvelle liaison directe Ermont  Saint-Lazare (Ouverte le 27 août 2006). De ce fait, les trains de la ligne C qui desservaient les gares de Sannois et d'Argenteuil sont reportés sur la branche de Pontoise et deviennent origine et destination Montigny-Beauchamp.

Décembre 2006

La gare de Boulevard Victor est renommée Boulevard Victor - Pont du Garigliano à l'occasion de l'arrivée du T3.

Janvier 2010

La gare de Boulevard Victor  - Pont du Garigliano est renommée Pont du Garigliano - Hôpital européen Georges Pompidou (Même nom que le terminus du T3).

Fevrier 2012

La gare de Versailles-Rive Gauche devient Versailles Château Rive Gauche, afin de mettre fin à la confusion pour les touristes qui visitent le Château de Versailles.

15 décembre 2013

Ouverture de la gare multimodale de Pompadour (Correspondance avec le   Tvm   et avec le futur bus en site propre devant relier la gare de Pompadour à la gare de Sucy-Bonneuil sur la ligne A du RER).

13 décembre 2015

Ouverture de la gare de Rosa Parks (anciennement Evangile-Aubervilliers ; gare située à proximité de la Cité des Sciences et de l'Industrie, dans le 19ème arrondissement), et mise en correspondance avec les tramways T3Est (Tramway des Maréchaux branche Porte de Vincennes - Porte de La Chapelle )et T8 (Tram'Y). Ce projet est inscrit au SDRIF de 2008 et au contrat de projet 2007-2013. La date de l'ouverture de cette gare était à l'origine conditionnée par l'obtention par Paris de l'organisation des Jeux Olympiques en 2012. Cette candidature n'a finalement pas abouti, mais le projet de gare Rosa Parks a été maintenu et cette gare a été mise en service fin 2015.

Mises en services futures :

Projets envisagés à plus long terme

















































Interconnexion avec le réseau St Lazare et prolongement vers l’ouest (Projet   phase 2 prévu à l’origine pour 2002, ce projet a été inscrit au SDRIF de 2008 et au contrat de projet 2007-2013.) Le projet initial prévoyait qu'EOLE soit raccordé au réseau St Lazare en amont de la gare de Pont-Cardinet, et desserve Versailles Rive Droite, Saint-Nom la Bretêche, et éventuellement Mantes la Jolie via Poissy ou via Argenteuil; la solution par Poissy étant la plus probable car elle permettrait de délester la ligne A de la branche Poissy, ce qui entraînerait le report des circulations sur la branche Cergy et donc une amélioration de l'offre sur celle-ci. Le projet actuel prévoit la construction d'un tunnel de 8 km reliant la gare Haussmann-St Lazare à La Défense, avec création éventuelle d'une gare intermédiaire à Porte Maillot (Correspondance avec le RER C et la ligne 1 du métro). Le tunnel se raccordera au réseau St Lazare au niveau de la gare de Nanterre Université et la ligne E ira jusqu'à Mantes la Jolie en passant par Poissy. La branche de Poissy de la ligne A du RER sera donc reprise par la ligne E, et les trains de la ligne A desservant actuellement Poissy seront reportés sur la branche de Cergy, permettant d'augmenter l'offre sur cette branche. La ligne A ne desservira donc plus que St Germain en Laye et Cergy, à l'ouest. L'enquête publique a démarré fin 2009 et les travaux devraient débuter en 2013 pour une mise en service vraisemblablement en 2020. Il est à noter qu'en septembre 2010, un tracé alternatif passant par Porte de Clichy (Correspondance RER C, Métro lignes 13 et 14 si cette dernière est prolongée dans les prochaines années) a été proposé.

Prolongement de la branche de Chelles-Gournay vers Meaux (Inscrit au SDRIF de 2008) ; débranchement vers le Plant-Champigny (par la Grande Ceinture ; branche prévue dans le projet EOLE initial proposé dans les années 90. Ce projet semble à l'heure actuelle ne plus être à l'ordre du jour, d'autant qu'il est prévu plusieurs projets de lignes passant par Champigny sur Marne — notamment le Grand Paris Express et le prolongement du  Tvm  jusqu'à Noisy le Grand - Mont d'Est.), et le STIF a finalement opté pour la construction d'une nouvelle gare à Champigny sur Marne, sur la branche Tournan. Le projet d'incorporation de la liaison La Défense-La Verrière à la ligne E ne verra, lui, jamais le jour, du fait que le projet initial de raccordement du RER E au réseau St Lazare au niveau de Pont Cardinet est abandonné. L'intégration de la future liaison "CDG Express" au RER E est également à l'étude, et un possible raccordement du RER E au réseau Montparnasse (Projet ESOPE prévoyant le prolongement du RER E au delà de Haussmann-St Lazare vers la gare Montparnasse avec création d'une correspondance avec les lignes 1 et 13 du métro à Champs Elysées - Clémençeau) a été un temps envisagé, mais il n'a finalement pas été retenu par le STIF.

Mantes la Jolie - Argenteuil – Versailles-Chantiers - Rambouillet (Projet prévu dans le schéma directeur établi dans les années 90 mais non repris par la suite. Le projet de création d'une 6ème ligne de RER a été abandonné, car la priorité de la région pour la prochaine décénnie est le développement des liaisons tangentielles. Par ailleurs, le STIF a décidé fin 2009 de prolonger le RER E jusqu'à Mantes la Jolie via Poissy, et les travaux doivent débuter en 2013)

Création d'un accès permettant une correspondance directe entre la gare de Magenta et la gare de l'Est. Ce projet devait initialement voir le jour en 2007, à l'occasion de la mise en service du TGV Est, mais il a été ajourné. Sa réalisation devrait intervenir dans le cadre du prolongement du RER E vers Mantes la Jolie.

Le STIF a également dans ses cartons un projet de prolongement de la branche Tournan jusqu'à Coulommiers ; projet qui figure au SDRIF 2013.

Prolongement de la branche Mitry-Claye jusqu'à la gare de Dammartin - Juilly - St Mard. Ce projet est inscrit au SDRIF de 2008. A terme, la ligne B pourrait reprendre intégralement le tracé de la ligne K et desservir Crépy en Valois.

Prolongement de la branche Saint-Quentin en Yvelines jusqu'à la gare de Coignières. Ce projet est inscrit au SDRIF de 2008. A terme, la ligne C irait jusqu'à Rambouillet.

Suppression de la branche Juvisy-Massy, qui sera intégrée dans la tangentielle sud (Mise en service prévue en 2017). A terme, la branche Massy-Versailles sera également intégrée à la tangentielle sud.

Création d'une correspondance entre les branches Marne la Vallée et Boissy Saint-Léger du RER A, à Fontenay sous Bois. Ce projet, inscrit au SDRIF de 2008, impliquerait la création d'une nouvelle gare au niveau de l'embranchement du RER A, après la gare de Vincennes.

Doublement du tunnel entre Gare du Nord et Châtelet - Les Halles. Ce projet a été inscrit au SDRIF de 2008 et pourrait voir le jour au cours de la prochaine décénnie, compte tenu de la nécéssité de régler le problème du goulot d'étranglement que constitue le tunnel commun aux lignes B et D avant d'envisager la création de nouvelles branches sur ces deux lignes.

Débranchement vers l’aéroport de Roissy. Ce projet, qui était initialement prévu au contrat de plan 2000-2006, était conditionné au doublement du tunnel entre Paris-Nord et Châtelet - Les Halles. Le SDRIF de 2008 et le contrat de projets 2007 - 2013 ont repris le principe d'une liaison entre le RER D (Gonesse) et le RER B (Parc des expositions) (Liaison appelée "Barreau de Gonesse" dans les documents du SDRIF), mais le projet d'une liaison ferroviaire est abandonné par le STIF au profit d'une liaison par un bus circulant en site propre, comme sur le   Tvm   (il pourrait s'agir d'un bus à haut niveau de service de type T'ZEN), bien que les élus locaux soient toujours favorables à la création d'une nouvelle branche de la ligne D (Ce projet est notamment soutenu par la mairie de Gonesse afin d'offrir une desserte en cas d'implantation du tournoi de tennis Roland-Garros dans cette ville.

Création d'une correspondance entre la ligne H et le RER D en gare du Stade de France - St Denis. Cette opération, qui est à l'étude, nécessite la création de quais supplémentaires dans cette gare pour y recevoir les trains de la ligne H. Elle permettra aussi la correspondance entre la ligne H et les lignes du métro du Grand-Paris-Express, qui desservira aussi la gare.

Prolongement de Robinson vers Viry-Châtillon et Châtenay-Malabry. Ce projet était envisagé dans les années 1990, mais il semble aujourd'hui abandonné.

Prévu également :

CDG-Express : liaison directe entre Paris-Est et l’aéroport de Roissy, inscrite au SDRIF de 2008 et au contrat de projets 2007 - 2013 (ouverture prévue en 2015, intégration à la ligne E du RER possible dès 2015). Le projet initial prévoyait que la ligne emprunterait les infrastructures du réseau Est de Paris à Noisy le Sec, puis un tunnel de 10km de longueur, puis une voie nouvelle longeant d'abord la Francilienne, puis la LGV d'interconnexion. Jugé trop couteux, ce projet a été remplacé par un projet plus modeste (projet "Virgule") qui prévoit de construire un tunnel sous le 18ème arrondissement de Paris, entre les réseaux Est et Nord. La ligne emprunterait ensuite le tracé actuel de la ligne B jusqu'à Mitry-Claye, puis viendrait se raccorder à la LGV d'interconnexion. Cependant, le projet CDG Express est fortement critiqué, notamment en raison du prix exorbitant du titre de transport (20 ¤ contre 10,50 ¤ pour un aller simple Paris - Roissy par le RER B) et du fait que la SNCF et la RATP n'y sont pas associés (Le projet prévoit en effet que la ligne serait exploitée par un opérateur privé). De ce fait, et aussi car le programme de modernisation de la partie SNCF du RER B le rendra certainement inutile, le projet CDG-Express semble en voie d'être abandonné.

Liaison directe Paris St Lazare – Mantes la Jolie (via Poissy) - Normandie : projet inscrit au SDRIF de 2008. La modernisation de la ligne Paris St Lazare - Mantes la Jolie sera effectuée dans les prochaines années en préalable à l'intégration de cette ligne au RER E.

Tangentielles (projet « Lutèce ») :

Ces tangentielles réutiliseront les infrastructures de la grande ceinture ferroviaire. Les projets initiaux prévoyant la desserte par des trains classiques ont été abandonnés au profit d'une desserte de type tram-train, à l'instar du T4.

Dessertes abandonnées :

Le schéma directeur RER de 1965 prévoyait une connexion de la desserte VMI non pas par la Petite Ceinture, mais par une section nouvelle desservant Saint Lazare, les Invalides, Montparnasse et une nouvelle ligne passant par Clamart, Igny, Saclay et aboutissant à Trappes via la ville nouvelle de Saint Quentin en Yvelines. Il prévoyait également une cligne partant de Valmondois, puis rejoignant la gare du Nord, la gare de Lyon, la gare d'Austerlitz, la place d'Italie et une ligne nouvelle passant par Rungis, l'aéroport d'Orly, Savigny, et aboutissant à la ville nouvelle d'Evry puis à celle de Sénart. Il était également prévu un débranchement de la ligne A vers Montesson. Ont été abandonnés également, l’extension de la ligne A de Cergy à Vauréal, et de Marne La Vallée-Chessy à Coupvray puis Meaux.

La liaison entre Cergy et La Défense devait initialement être assurée par l'aérotrain de l'ingénieur Jean Bertin. L'aérotrain avait été testé sur une ligne expérimentale de 15 km située au nord d'Orléans, au début des années 70. Un contrat a été signé début 1974 et annulé trois mois plus tard ; le ministre des transports de l'époque ayant décidé, en raison de la crise pétrolière, de préférer une liaison de type RER assurée par des trains électriques (Il est à noter que le choc pétrolier de 1974 sera également à l'origine de l'abandon par la SNCF de la traction thermique pour le TGV ; le prototype étant à l'origine mû par une turbine à gaz, et le TGV PSE, inauguré en 1981, sera finalement à traction électrique).

 D’autre part, pour des raisons de coût, et aussi en raison de l’encombrement du sous-sol parisien, la suppression du goulot d’étranglement entre Gare-du Nord et Châtelet – les Halles par doublement du tunnel existant est sans cesse reportée et ne devrait pas voir le jour avant la deuxième moitié de la décennie 2010-2020.

Enfin, les différents projets de décongestion du RER A des années 1987/88 prévoyaient entre autres une liaison Torcy – St-Lazare via les gares Nord/Est, moyennant un raccordement (RER A RATP / banlieue Est SNCF) évitant Val de Fontenay : il est dommage que cette idée, qui a étroitement inspiré Eole, n'ait pas été reprise. En effet, cela aurait permis (permettrait, car il n'est jamais trop tard !) aux usagers de la branche Marne-la-Vallée du RER A d'avoir un deuxième accès vers Paris sans changement à Val de Fontenay, toujours dans le cadre du soulagement du RER A.

En 1986, la SNCF prévoyait une branche de la ligne C vers Puteaux à partir d'Issy-Plaine (Sur la ligne actuellement reprise par le tramway T2, qui était à l'époque exploitée avec des trains alimentés en 750V par un troisième rail. La SNCF avait à l'époque envisagé d'équiper la ligne d'un matériel roulant dénommé MI88 qui n'était autre qu'un MI79/MI84 modifié afin de pouvoir fonctionner avec une alimentation par un troisième rail.) et une autre branche à partir de St Cyr vers Noisy le Roi par la Grande Ceinture Ouest. Cette dernière aurait fait l'objet d'une branche du RER A d'Achères-Ville à St Germain en Laye - Grande Ceinture. Ces projets ne furent jamais réalisés.

Les projets de lignes F et G du RER (ce qui explique que la nomenclature des lignes Transilien commence à la lettre H) ont été abandonnés. La ligne F aurait consisté à relier les gares Montparnasse et St Lazare par un tunnel avec création de gares nouvelles à Invalides (correspondance avec le RER C et les métros 8 et 13) et Champs-Elysée - Clémençeau (Correspondance avec les lignes 1 et 13 du métro). Elle aurait relié Mantes la Jolie à Rambouillet en passant par Argenteuil. Le RER G était un projet de ligne en rocade partant de Creil et desservant Cergy, Poissy, St Germain en Laye, Versailles, Massy-Palaiseau, Juvisy, et la ville nouvelle de Marne la Vallée. Cette ligne réutilisait en quasi-totalité la Grande Ceinture de la SNCF.

Par motif d'économie et de développement du réseau routier, le véritable RER, constitué d'axes nouveaux, probablement confiés à la RATP, a été abandonné, et le RER s'est contenté, après le trio d'opérations Sceaux - Saint Germain - Boissy, de réutiliser le réseau SNCF par jonction des dessertes banlieues.

Le plan de nomenclature des lignes RER qui n'a jamais vu le jour :

En 1975, la RATP réfléchit à la nomenclature des lignes de RER, qui sera mise en place à partir de 1977, lors de la mise en service du pôle d'échange de Châtelet. Un premier projet de nomenclature est mis au point, qui consiste à numéroter les lignes de RER de la même manière que les lignes de métro. Les quatre premières lignes (RER A, RER B, RER C, RER D) auraient ainsi été baptisées RER 1, RER 2, RER 3, RER 4. Les couleurs retenues sont les mêmes que sur le plan de nomenclature qui sera réellement utilisé dès 1977 (A noter que le choix de la couleur bleue pour le RER B, qui était dénommé RER ligne 2 dans ce projet, est lié au fait que cette ligne est la seule à desservir les deux aéroports parisiens). Les groupes de branches seraient désignés par des lettres : pour la ligne 1 (Actuel RER A), le groupe 1A correspond aux branches Cergy, Poissy, et St Germain en Laye et le groupe 2A aux branches MLV Chessy et Boissy St Léger ; pour la ligne 2 (Actuel RER B), le groupe 2A correspond aux branches Aéroport CDG et Mitry-Claye et le groupe 2B correspond aux branches Robinson, St Rémy les Chevreuse, et à une troisième branche desservant Orly via une partie de l'actuelle tronçon Choisy le Roi - Massy du RER C — une branche qui n'a jamais été réalisée ; la desserte étant actuellement assurée par OrlyVal — ; pour la ligne 3 (Actuel RER C), le groupe 3A correspond aux branches de Versailles RG et St Quentin en Yvelines, le groupe 3B correspond aux branches Dourdan, Etampes, et Massy (Cette dernière devait, selon le plan de 1975, être limitée à Rungis - La Fraternelle); pour la ligne 4 (actuel RER D), le groupe 4A correspond à l'actuelle branche Creil (Limitée à l'époque à Orry la Ville) à laquelle se seraient ajoutées deux branches supplémentaires en direction de Pontoise et de Valmondois, et le groupe 4B correspond à la partie sud de la ligne, sans la branche en direction de Malesherbes (dont la réalisation n'était pas encore prévue à l'époque). Côté signalétique, ce sont les mêmes pictogrammes ronds que ceux utilisés de 1977 à 1999 (Pictogrammes utilisant la typographie "Helvetiva Boton" conçue spécialement pour le RER dans les années 70, et qui ont, depuis, été remplacés par les actuels pictogrammes utilisant la typographie "Parisine" de la RATP), et le plan schématique du RER qui doit être affiché dans les gares est quasiment identique à celui qui sera finalement utilisé. En raison du risque de confusion avec les pictogrammes des lignes de métro, ce projet de nomenclature est rapidement abandonné par la RATP, et en 1977, les lignes de RER sont définitivement désignées par des lettres, et chaque branche est désignée par un numéro (Par exemple, pour le RER A : A1 = branche Poissy, A3 = branche Cergy, etc...); la nomenclature par groupe étant abandonnée au profit d'une numérotation individuelle de chaque branche, mais en gardant le principe d'une numérotation paire dans un sens et impaire dans l'autre sens ; l'ordre de numérotation étant l'ordre chronologique de mise en service des branches. Les pictogrammes ronds sont, eux, conservés et toujours utilisés de nos jours (Et cette idée a, depuis, été reprise par d'autres réseaux de transports en commun en France comme à l'étranger).


[1] A l’origine, la ligne, qui appartenait à la SNCF, avait son terminus à l’emplacement de l’opéra Bastille. Elle desservait deux gares (Reuilly – Petite ceinture et Saint-Mandé Bel Air) avant de rejoindre le tracé actuel de la ligne A du RER. Le tronçon Bastille-Saint Mandé a été désaffecté à l’ouverture du RER, et il n’en subsiste plus aujourd’hui qu’un viaduc entre Bastille et la pelouse de Reuilly (et qui sert de promenade pietonne et cyclable).

 


compteur gratuit
internautes ont visité mon site depuis son lançement, le 6 décembre 2003.